Fondation de France // Sida, santé et développement

2 juin 2016

La Fondation de France soutient des projets favorisant l’équité dans l’accès aux soins. Elle encourage les initiatives visant à impliquer les hommes et à renforcer « l’empowerment » des femmes. Seront soutenus les projets qui œuvrent en ce sens (prise en compte des problèmes sanitaires des personnes vivant avec le VIH, transmission parent-enfant, intégration du VIH dans les stratégies des services de planning familial, prise en compte des violences faites aux femmes…). Cet appel vise les projets innovants qui répondent notamment à un des objectifs suivants : i) promouvoir l’implication et la responsabilisation des hommes dans la lutte contre le sida et leur recours au dépistage et aux soins ; ii) prendre en compte les problèmes sanitaires spécifiques des femmes et des hommes vivant avec le VIH ; iii) prendre en compte les violences faites aux femmes comme facteur d’exposition au VIH et favoriser, dans ce contexte, la mise en place de nouvelles stratégies de prévention et de soins, y compris en direction des hommes auteurs de violences ; iv) intégrer la problématique du VIH dans les services de planning familial, de santé sexuelle et reproductive et réciproquement ; v) prendre en compte la pression sociale à la maternité pour accompagner les femmes dans leurs stratégies de réduction des risques sexuels ; vi) renforcer les capacités des femmes et la connaissance de leurs droits (empowerment) ; vii) renforcer les capacités des structures en matière d’approche « genre » (formation, diagnostic / audit, évaluation, capitalisation de bonnes pratiques…). En 2016, une attention particulière sera ré- servée à ces demandes de renforcement des capacités des équipes associatives : celles-ci devront se dérouler en plusieurs phases étalées dans le temps et comprendre, entre chaque étape, une mise en pratique des connaissances par les personnes formées et une analyse par les formateurs de ces acquis. Le porteur de projet devra remplir toutes les conditions suivantes : • démontrer son implication dans la lutte contre le VIH depuis au moins trois ans. Une expérience en santé sexuelle et reproductive depuis au moins un an est également souhaitable ; • être une structure apolitique et non religieuse ; • prouver sa capacité à gérer le projet présenté au regard du budget global de l’année en cours. Seront retenus les projets concourant à la fois : •l à l’amélioration de la participation conjointe des deux personnes d’un couple à la prise de décision (en matière de sexualité, de prévention et de soins) ; • à un accès équitable au dépistage et aux soins ; • à atténuer les discriminations liées au genre : statut défavorable des femmes dans la famille, la communauté et la société (accès aux droits, conditions de vie, charge de travail…), personnes rejetées en raison de leur orientation sexuelle ; • à faire évoluer les rôles inégaux des femmes et des hommes vers plus d’égalité, plus de concertation et un meilleur partage des responsabilités. Le projet devra être basé dans l’une des zones 3 géographiques suivantes : • les départements d’outre-mer suivants : Mayotte, Antilles et Guyane ; • Afrique subsaharienne francophone, soit les pays suivants : Bénin, Burkina-Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Île Maurice, Madagascar, Mali, Niger, République du Congo, République Démocratique du Congo, République centrafricaine, Rwanda, Sénégal, Tchad et Togo. L’aide de la Fondation de France est apportée sous forme d’une subvention annuelle ou pluriannuelle (durée maximale de trois ans). Les projets pluriannuels sont fortement encouragés. Date limite de candidature : 1 er juin 2016. Informations complémentaires : http://www.fondationdefrance.org/si...



SPIP